média militant pour renforcer notre syndicalisme de classe, de masse, internationaliste démocratique et unitaire

édition du 11 juillet
Focus
explosion des prix
plus de 70 millions de personnes basculent dans la pauvreté

Selon le rapport de l'ONU, le renchérissement brutal de la vie quotidienne de centaines de millions de travailleurs à travers le monde a fait basculer, en trois mois, 71 millions de personnes supplémentaires dans l'extrême pauvreté, soit sous le seuil de 1,90 dollar par jour.

Les flambées de prix sans précédent ont provoqué l’explosion des profits des grands groupes capitalistes, et a plongé dans la pauvreté, et la misère de centaines de millions de travailleurs à travers le monde : une illustration éclatante de la guerre sociale et du caractère barbare de la civilisation capitaliste.

Dans un communiqué paru en mai, la Fédération Syndicale Mondiale expliquait que « l’inflation, les conséquences de la guerre en Ukraine et la spéculation, notamment sur les produits de première nécessité, la nourriture et le carburant, [avaient déjà] davantage rétréci les revenus des couches populaires déjà réduits en raison de la crise économique prolongée. »

« La crise est exacerbée par la position hypocrite des États-Unis, de l’UE et de leurs alliés, qui insistent pour jeter de l’huile sur le feu, au lieu de viser la désescalade et la fin de la guerre. Leur persévérance dans la politique de sanctions et l’escalade du conflit – au-delà de la perpétuation des souffrances du peuple ukrainien et du risque de conflit généralisé – créent de lourdes charges économiques supplémentaires pour les peuples d’Europe et du monde. », rappelait la FSM.

L’Internationale syndicale de classe a notamment revendiqué, « la réduction des impôts, une augmentation des salaires et des pensions, des mesures efficaces pour faire face à la hausse des prix et la garantie des biens nécessaires aux couches populaires. »

le saviez-vous ?
bientôt 8 000 soldats français
aux portes de la Russie ?

Macron s’est engagé « à élever le niveau d’engagement » de l’armée française face à la Russie. Le ministre de la Défense a ainsi confirmé que l’état-major se préparait à pouvoir « passer de 500 militaires prépositionnés aujourd’hui en Roumanie avec nos alliés belges et néerlandais à un ensemble de quelque 7 à 8 000 hommes ».

L’armée française - déjà présente en Europe orientale notamment avec son aviation qui assure la surveillance aérienne en Estonie et en Pologne - est engagée, avec une présence de plus en plus forte, depuis plusieurs années sur le long des frontières occidentales de la Russie.

Cette présence militaire, qui s’ajoute aux livraisons d’armes et aux sanctions injustes, fait prendre position à notre pays dans la confrontation mondiale en cours, et est un facteur clairement hostile, couteux, inutile et dangereux, en direction du peuple russe. Nous ne voulons pas de cette guerre. Les travailleurs ne doivent pas payer le prix du sang des rivalités entre Etats capitalistes, ni en Ukraine, ni en Russie, ni en France, ni ailleurs. Tous nos soldats stationnés à l’étranger doivent rentrer en France.


la cgt energie répond à l'étatisation d'EDF

Dans un communiqué, la FNME CGT a réagi aux annonces de la première ministre au sujet de la montée par l’Etat à hauteur de 100% du capital d’EDF en dénonçant un « exercice de pure communication » de la première ministre.

La fédération CGT Mines et Energie, qui porte le programme progressiste de l’Energie, à rebours de logique ultra-libérale d’Elisabeth Borne, a ainsi pointé du doigt « une manipulation politique [pour] détourne[r] l’attention. ». « Rien n’est dit sur le changement de statut juridique de l’entreprise EDF […] nous sommes bien face à une recapitalisation ! », a notamment expliqué la CGT.

Pour la FNME CGT, « le service public de l’énergie doit être l’exigence de tous les défis à relever, en sortant immédiatement les biens vitaux que sont l’électricité et le gaz des marchés de l’énergie ; en transformant le statut d’EDF SA en EPIC avec une gouvernance démocratique ; en abaissant la TVA à 5,5% sur la facture d’Energie ; en révisant le TRVE en fonction des couts comptables des opérateurs publics. ».

Abonnez-vous à notre magazine !

média militant pour renforcer notre syndicalisme de classe, de masse, internationaliste démocratique et unitaire

édition du 11 juillet
Focus
explosion des prix

Selon le rapport de l'ONU, le renchérissement brutal de la vie quotidienne de centaines de millions de travailleurs à travers le monde a fait basculer, en trois mois, 71 millions de personnes supplémentaires dans l'extrême pauvreté, soit sous le seuil de 1,90 dollar par jour.

Les flambées de prix sans précédent ont provoqué l’explosion des profits des grands groupes capitalistes, et a plongé dans la pauvreté, et la misère de centaines de millions de travailleurs à travers le monde : une illustration éclatante de la guerre sociale et du caractère barbare de la civilisation capitaliste.

Dans un communiqué paru en mai, la Fédération Syndicale Mondiale expliquait que « l’inflation, les conséquences de la guerre en Ukraine et la spéculation, notamment sur les produits de première nécessité, la nourriture et le carburant, [avaient déjà] davantage rétréci les revenus des couches populaires déjà réduits en raison de la crise économique prolongée. »

« La crise est exacerbée par la position hypocrite des États-Unis, de l’UE et de leurs alliés, qui insistent pour jeter de l’huile sur le feu, au lieu de viser la désescalade et la fin de la guerre. Leur persévérance dans la politique de sanctions et l’escalade du conflit – au-delà de la perpétuation des souffrances du peuple ukrainien et du risque de conflit généralisé – créent de lourdes charges économiques supplémentaires pour les peuples d’Europe et du monde. », rappelait la FSM.

L’Internationale syndicale de classe a notamment revendiqué, « la réduction des impôts, une augmentation des salaires et des pensions, des mesures efficaces pour faire face à la hausse des prix et la garantie des biens nécessaires aux couches populaires. »

plus de 70 millions de personnes basculent dans la pauvreté

Macron s’est engagé « à élever le niveau d’engagement » de l’armée française face à la Russie. Le ministre de la Défense a ainsi confirmé que l’état-major se préparait à pouvoir « passer de 500 militaires prépositionnés aujourd’hui en Roumanie avec nos alliés belges et néerlandais à un ensemble de quelque 7 à 8 000 hommes ».

L’armée française - déjà présente en Europe orientale notamment avec son aviation qui assure la surveillance aérienne en Estonie et en Pologne - est engagée, avec une présence de plus en plus forte, depuis plusieurs années sur le long des frontières occidentales de la Russie.

Cette présence militaire, qui s’ajoute aux livraisons d’armes et aux sanctions injustes, fait prendre position à notre pays dans la confrontation mondiale en cours, et est un facteur clairement hostile, couteux, inutile et dangereux, en direction du peuple russe. Nous ne voulons pas de cette guerre. Les travailleurs ne doivent pas payer le prix du sang des rivalités entre Etats capitalistes, ni en Ukraine, ni en Russie, ni en France, ni ailleurs. Tous nos soldats stationnés à l’étranger doivent rentrer en France.

bientôt 8 000 soldats français
aux portes de la Russie ?
le saviez-vous ?
la cgt energie répond à l'étatisation d'EDF
Abonnez-vous à notre magazine !